Nope... No right click here !
logo
logo

A la découverte d’Amélia Lioncourt

A la découverte d'Amélia Lioncourt

par Claire

Il y a peu de temps j’ai été contactée par une jeune artiste Amélia Lioncourt qui me proposait de découvrir son univers atypique dédié au Cosplay. En regardant son travail j’ai immédiatement pensé au performance art qui trouve son origine dans les pratiques artistiques d’avant-garde de la première moitié du xxe siècle. Ces artistes usent de la performance afin de briser les tabous. C’est, par essence, un art éphémère et c’est sans doute cette notion que j’ai retrouvé dans les photos d’Amélia, en effet la plupart ont été mises en scène dans des lieux abandonnés, un thème que j’affectionne particulièrement.

Mais entrons maintenant dans l’univers décalé d’Amélia.

 

1 Bonjour Amélia, peux-tu te présenter en quelques mots et nous expliquer quelle est ta démarche artistique?

Bonjour, je suis née en 1980, j’habite dans le sud de la France, je gère un restaurant, mais, bien sûr, en dehors de ça, j’adore la photo, et dès que j’ai du temps je me mets en scène dans des personnages que j’aime, existants ou non, je partage aussi des lieux ou des paysages qui m’ont marqués.

Je dirais que j’ai un peu une vision « punk » de la photo, pas besoin de beaucoup de matériel, ni de perfection, l’essentiel est pour moi de faire passer une émotion, un « délire » de l’instant! Même si ce n’est pas carré au millimètre, tant que la personne qui regarde la photo a une réaction positive c’est l’essentiel!

2 Peux-tu expliquer ce qu’est le cosplay et comment tu en es venue à t’y intéresser?

Le cosplay consiste à se costumer comme un personnage de fiction (de film, série, roman…).
Il existe depuis 84 au Japon mais en Europe il n’a été vraiment populaire que depuis la fin des années 90.
Personnellement ça a toujours été une évidence pour moi de vouloir ressembler aux personnages des histoires que j’aime. Bien sûr, comme beaucoup, enfant, je voulais toujours sortir avec ma robe de la Belle au Bois Dormant, ou même en Batman, et si! 😀
Ça me paraissait tellement plus intéressant et naturel d’avoir des vêtements originaux et de ressembler à une personne qui nous fait rêver que d’être habillée comme tout le monde, ça me paraît, encore aujourd’hui, toujours trop triste de ne pas rajouter une dose de « rêve » à sa garde robe!
Plus tard, vers 2001 j’ai commencé à réellement me consacrer à la mise en scène et aux vêtements sur mes photos, en m’inspirant beaucoup de mes films préférés, des années 80-90 (Elvira, La Famille Addams, Dracula, Beetlejuice, les Batman de Burton, etc…) et je continue, modestement bien sûr [là encore « à la punk »: le délire avant la perfection 🙂 ], à mettre en scène de nouveaux personnages car les années qui ont suivi ont eu leur lot d’excellents films et séries aussi! (Harry Potter, American Horror Story…)

3 J’ai beaucoup aimé ton projet photo « Abandoned… But not Forgotten… » quelle est l’importance que ces lieux abandonnés ont à tes yeux?

Je trouve l’ambiance de ces lieux abandonnés tellement envoûtante, c’est comme passer à travers un mur dimensionnel: on se retrouve à une autre époque et on ressent toute l’énergie et la beauté du passé.
On est totalement imprégné de ces lieux dès qu’on en franchit le seuil, comme s’ils voulaient nous faire partager leurs histoires. Ils sont, pour beaucoup, en totale décrépitude mais chaque morceau de peinture écaillée est un mot du passé murmuré à notre oreille…
Que l’on peut immortaliser en photo, et assembler, pour raconter ces récits oubliés…

4 Quel endroit t’a le plus marqué?

Le Sanatorium de Saint-Pons.
Je l’ai appelé le Pensionnat dans ma série de photos, car, 6 ans auparavant, j’avais écrit une nouvelle qui se déroulait dans un lieu qui ressemblait exactement, dans mon esprit, à ce sanatorium alors que je ne le connaissais pas du tout!
Du coup, j’ai rajouté une petite suite à cette nouvelle pour illustrer les photos.
Ce lieu m’a vraiment impressionné, car, du coup, j’ai eu cette impression de Déjà-Vu, qui m’a un peu bouleversée, dans le bon sens du terme.
C’est un lieu très mystérieux, en plus il passe totalement inaperçu si on ne connaît pas son emplacement, pourtant une route passe très proche, mais une immense forêt l’entoure. Son imposante architecture du XIXème siècle nous transporte directement à cette époque dès qu’on pose les yeux dessus!
Son dédale de pièces est impressionnant, on ressent encore les émotions des patients à chaque recoin de couloir.
La forêt qui l’entoure en fait un lieu reposant et apaisant le jour, on ne voit pas passer les heures quand on y est, mais à la nuit tombée c’est une autre histoire, les ombres et le froid s’accumulent très rapidement dès que le soleil quitte les lieux, et le vent dans les feuilles vous fait entendre des murmures…
Simplement le vent ou échos du passé, je vous laisse seuls juges…

5 Se mettre en scène est une forme d’art, de performance. Y a t-il des artistes qui t’inspirent?

Je n’avais jamais vu ça comme une performance, ou de l’art, mais, si créer est de l’art, alors oui, effectivement, et si on voit internet comme un musée que les gens peuvent visiter quand ils veulent, je suis exposée là-bas 🙂

Niveau inspiration, Floria Sigismondi est une artiste que j’adore et que j’ai découvert à la fin des années 90 avec ses clips pour Marilyn Manson, et quand, à l’époque, j’ai vu un article sur elle illustré par un superbe autoportrait (où elle pose avec son chat) je me suis dit « ouah elle a besoin de personne pour se mettre en valeur et ses photos reflètent à merveille sa personnalité surréaliste » du coup c’est cette idée que j’ai toujours eu a l’esprit depuis toutes ces années : tenter de tout faire soi-même pour mieux refléter des ambiances qui nous ressemblent!
C’est tellement plus enrichissant même si, j’avoue, ça sert aussi à booster son ego 😛

Photo Ludovic Fabre

 

6 Tes séances photos racontent des histoires à l’atmosphère bien particulière, d’où te vient l’inspiration? Tu écris aussi des nouvelles, peux-tu nous en dire quelques mots?

Je puise mon inspiration dans les innombrables films, séries et romans que je dévore depuis mes plus jeunes années.
Bien sûr le thème du fantastique est le plus cher à mes yeux, des vampires aux fantômes en passant par les loups-garous, sorcières et même quelques aliens, j’adore ces univers empreints de magie, de mystère, de merveilleux, avec une pointe de glauque quelquefois bien entendu 😀
J’aime également la poésie, (Baudelaire, Nerval…) je trouve que cela décrit parfois même mieux les ressentis et la beauté du monde qu’un tableau ou une photo!
Concernant les écrivains je suis une fan absolue de Masterton! Ses ambiances morbides, surréelles, et souvent avec un fond réaliste de légendes ancestrales en font un auteur qui me prend aux tripes dès que j’ouvre un de ses livres !
J’adore également Anne Rice, avec qui la poésie rejoint le roman, ses livres sont tellement beaux et prenants qu’on a l’impression d’avoir encore devant soi ses personnages quand on quitte ses livres des yeux…
J’écris quelques modestes nouvelles, je n’ai pas la prétention d’être écrivain, mais j’aime retranscrire des histoires que j’ai imaginées au cour de rêveries ou de cauchemars et les partager pour laisser un petit bout de mon âme sur cette vaste toile infinie qu’est le net…

Photo by The Sanitarium

 

 

7. Penses-tu qu’étant une femme le regard des gens est plus sévère quant à ta démarche?

J’ai commencé en tant que modèle « basique », donc j’ai souvent été critiquée de ne plus avoir « besoin » des photographes, ou que je n’étais pas assez « pro » pour faire mes propres photos, mais comme je l’ai dit plus haut, je ne cherche pas la perfection, juste le bonheur de partager un personnage ou une ambiance que j’ai captée.
Mais peut-être que j’aurai autant été critiquée si j’avais été un modèle homme qui passe à la photo, il faut toujours que les gens critiquent quelque chose, ils ne peuvent pas juste passer leur chemin si ça ne leur convient pas…
Mais j’avoue que tout gérer pour mes photos m’a changé la vie!
On est tellement plus libre, même si, j’aime encore poser de temps en temps pour quelques personnes, rien ne remplace le bonheur d’avoir tout fait soi-même dans une photo! Du personnage au make-up en passant par la retouche, on se dit « ouah j’ai besoin de personne en fait » [ bon oui à part des fabricants de ces technologies hors de prix 😛 ]
Désolée j’extrapole un peu, tout ça pour dire que, comme les gens aiment vous placer dans des cases, quand on est dans une catégorie un peu « bâtarde », qu’on n’est pas juste la modèle qui attend toutes instructions du photographe (et qui attend des fois 2 ans avant d’avoir des photos de séance, véridique!!) on n’est pas toujours appréciée, que l’on soit une femme ou non.

Photo by Corwin

8 Quelle serait ton héroïne parmi les femmes de l’Histoire ou les héroïnes de fiction?

Une serait trop réducteur, j’ai tellement de passions depuis toujours, mais je vais faire une sélection, pas trop longue promis 😀
Elvira, elle est sexy, assume son style, ne se laisse pas marcher sur les pieds et répond toujours aux critiques avec humour.
Alice au pays des Merveilles : se laisse absorber par ses rêveries et se créée un monde plus beau grâce à son imagination.
Gabrielle de Lioncourt : la mère du célèbre Lestat: farouche, toujours un peu dans l’ombre, ne parle que très rarement quand on ne la connaît pas, très indépendante et solitaire.
Suki du film The Scribbler: assume ses personnalités diverses, car elles lui permettent d’être totalement elle-même à la fin.
Côté histoire :
J’ai toujours été fascinée par l’Égypte ancienne du coup Néfertiti est une des reines que j’adore, elle avait un pouvoir considérable et sa mort est auréolée de mystère, bref tout ce qui en fait une héroïne fascinante à mes yeux!
Et mention honorable à Holtzmann du nouveau Ghostbusters : j’adore sa personnalité totalement déjantée, je crois que je suis aussi fofolle quand on me connaît bien.

Photo by The Sanitarium

9 Sur quels réseaux sociaux peut-on suivre ton actualité, as-tu des projets (expo, livre etc… )?

Vous pouvez voir toutes mes photos et quelques textes ici:
Sur ma page:
http://facebook.com/ameliadelires
Et lire ma nouvelle vampirique ici:
http://alasortiedelopera.over-blog.com
Je n’ai pas de projets d’exposition ou autre, mais je suis ouverte à toute proposition en attendant vous pourrez retrouver un nouveau cosplay chaque mois et de nouvelles photos régulièrement sur ma page!

10 Merci Amélia d’avoir participé à cette interview! Une dernière question indiscrète ? Jamais sans…(quel est l’objet auquel tu tiens le plus)?

Mon téléphone… Je plaide coupable 😀
Même si mes photos sont pour certaines faites avec un bridge Lumix (oui beaucoup vont penser : honte à elle brûlez la photographe cheap! LoL)
Je fais beaucoup de photos également avec mon téléphone qui vraiment s’en sort très bien! Je suis toujours à l’affût  de quelque chose à photographier quand je sors, d’une feuille morte qui virevolte en passant par de jolis nuages ou une superbe pleine Lune matinale en allant au travail, j’essaye de ne rien rater de la beauté du monde qui m’entoure!
Et c’est tellement plus pratique de l’avoir toujours sur soi qu’un gros appareil!
Dommage d’ailleurs qu’il n’y ait pas encore des téléphones qui fassent des photos aussi parfaites qu’un appareil à 1000€, mais, comme je dis encore et toujours, l’important, et c’est ma devise on l’aura compris le délire avant la perfection 😀

Photo by The Sanitarium

Vous pouvez retrouver les photographies de l’univers d’Amélia Lioncourt dans la galerie des invités.

Published by

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *